• Le chat Bengal est doté d’une grande sensibilité et est très attentif à l’humeur des gens qui l’entourent. Ces caractéristiques, faisant de lui un très bon animal de compagnie, lui permettent de s’adapter facilement à n’importe quel milieu domestique et de nouer des liens d’amitié avec des personnes de tout âge. Grâce à son tempérament très amical, il s’adaptera au maître qui l’appréciera et réussira à faire de lui un « petit léopard domestique ». Son besoin de mouvement et de liberté est la seule chose à respecter.

     

    Les origines du chat Bengal

     

    Le chat Bengal peut se vanter d’avoir du sang sauvage dans les veines. Il descend en effet du Felis bengalensis, le chat sauvage asiatique, appelé aussi Chat léopard. Son histoire commença en 1963, lorsque Joan Sugden, éleveuse de Yurna, prit possession d’un exemplaire féminin qu’elle accoupla ensuite à son chat (de couleur noire). De cette union naquit Kinkin, une magnifique femelle très semblable à sa mère et à l’aspect sauvage. Joan Sugden, face à la beauté de ce sujet, projeta alors de faire naître d’autres chatons semblables ; toutefois, à cause de problèmes familiaux et économiques, elle fut contrainte d’abandonner son projet.

    Vers la fin des années soixante-dix, elle découvrit par hasard qu’un chercheur californien, William Centerwall, menait des recherches sur le Felis bengalensis car on croyait que ce dernier était immunisé contre la leucose féline ; le chercheur, pour étudier les défenses immunitaires de cet animal, croisa le Chat léopard avec un chat domestique américain. Cela représentait pour Joan Sugden l’occasion de reprendre le projet qu’elle avait dû abandonner des années plus tôt : créer un chat domestique qui ressemble à un léopard. Elle contacta le docteur Centerwall et réussit à se faire confier huit reproductrices hybrides (de la première génération), qu’elle accoupla à des chats de différentes races, parmi lesquels le Mau égyptien.

    Les premiers exemplaires apparus en 1983 furent présentés par Joan Sugden à l’Association féline internationale TICA (The International Cat Association), qui les accepta dans la section « Nouvelles Races et Couleurs » sous le nom de Bengal, en l’honneur de leurs ancêtres. 1985 est une date importante pour le Bengal car, pour la première fois, il participa à une exposition féline. La reconnaissance officielle de la race remonte à 1991 et, depuis lors, le Bengal est accepté en championnat.

     

    Le chat idéal

     

    Le chat Bengal a un aspect sauvage, son corps est athlétique et puissant, et est gracieux dans ses mouvements. Il a une corpulence longue et robuste et sa taille peut varier de moyenne à grande. Son ossature est robuste et sa musculature puissante (surtout chez les mâles).

    La tête est ample, elle a une forme de triangle arrondi et est un peu petite par rapport au corps ; le cou est long et proportionnée à la tête. Le nez forme une courbe concave et est grand et large ; le museau est ample et plein, avec des coussinets porte-moustaches proéminents et larges et des joues prononcées et hautes.

    Les oreilles, larges à la base et arrondies à la pointe, sont courtes et placées aux angles de la tête. Les yeux sont grands, légèrement enfoncés et inclinés vers la base des oreilles (ils peuvent être légèrement en amande). Les pattes sont de longueur moyenne (les postérieures un peu plus longues que les antérieures) avec des pieds grands et ronds. La queue est longue, moyennement grande, épaisse à la base ; elle a tendance à s’affiner et à s’arrondir à la pointe.

    La robe est brillante, souple et fournie et la longueur du poil varie de très court à moyen. Le mâle connaît une croissance rapide et atteint vite 5 à 6 kg. La femelle se développe lentement et est plus légère : son poids moyen est d’environ 4 kg.

     

    La couleur du poil

     

    La robe du chat Bengal est particulière au niveau du dessin comme de la couleur. On admet deux types de dessins : le spotted et le marbled. Dans le dessin spotted, les spots (taches) sont disposés au hasard ou alignés à l’horizontale et créent un contraste net avec la couleur de base. Dans le dessin marbled, la disposition des taches se fait également au hasard et à l’horizontale, mais le contraste créé est différent ; en effet, en plus de la couleur de base et des spots, on trouve une ligne sombre de démarcation des spots, qui crée un contraste extrême, avec des formes distinctes et des contours nets. Pour la couleur, trois tonalités différentes sont admises : brown tabby, seal tabby point et seal sepia tabby.

    • La variété brown tabby autorise toutes les variations du brown spotted tabby ; une forte tonalité roussâtre est préférable car il apporte à la couleur de base des tons jaunes, crème chaud, marron clair ou orange. Les taches sont noires, marron, marron clair, cannelle ou chocolat. Autour des yeux apparaissent des « lunettes » claires, et la couleur de base des coussinets porte-moustaches, du menton, de la poitrine, du ventre et de l’intérieur des pattes est presque blanche. Le bord des yeux, des lèvres et du nez est cerclé de noir et le centre du cuir du nez est rouge brique. Les coussinets des pieds et la pointe de la queue doivent être noirs.

    • Dans la variété seal tabby point, la couleur de base est une teinte entre l’ivoire et le crème. La couleur des markings peut varier du marron brillant foncé au marron clair, en passant par le cuir ou le crème chaud. La différence entre les couleurs des markings et la couleur des points est minime. La pointe de la queue est marron brillant foncé.

    • Chez le seal sepia tabby, la couleur de base est l’ivoire, le crème ou le cuir clair. Le dessin est clairement visible et peut avoir différentes nuances, du marron zibeline au chocolat. Les « lunettes » autour des yeux, les coussinets porte-moustaches et le menton sont couleur ivoire crème. Il ne doit pas y avoir une grande différence entre la couleur des marques et la couleur des points. Les coussinets des pieds sont marron foncé et on admet une nuance rosée. La pointe de la queue est couleur chocolat. La couleur des yeux peut être le bleu chez les seal tabby point, l’aiguemarine chez les seal sepia tabby et de l’or au vert chez les brown tabby.

     

    Le caractère

     

    Le chat Bengal possède un aspect sauvage et un caractère très doux : sous une peau de léopard, il cache en effet une nature docile de chat domestique. Son caractère sociable provient d’une sélection soignée, poursuivie durant le programme de « construction » de la race : il a conservé l’aspect et le caractère indépendant du Chat léopard et a acquis la douceur et la mansuétude du chat domestique.

    Celui qui décide d’accueillir un Bengal dans sa maison ne peut que tomber amoureux de sa douceur et de sa sensibilité : il est en effet capable de s’adapter à l’humeur de son maître. Chat au tempérament doux et tranquille, il est sympathique, intelligent, entreprenant, très vif et joueur. Il n’est pas insistant ou envahissant justement parce qu’il est capable de saisir et de respecter les humeurs et les exigences de celui qui prend soin de lui. Il aime être félicité et caressé, offrant en retour des effusions très douces et affectueuses.

    Le Bengal est aussi un grand chasseur, instinct qu’il exprime surtout par le jeu. Il aime sauter et grimper partout (rideaux, arbres) et a donc besoin de beaucoup d’activité physique et d’espace. En outre, même si c’est une caractéristique contraire à la nature des félins, il aime beaucoup l’eau, comme les Abyssins. Ce n’est pas un chat qui miaule beaucoup et sa voix, bien que discrète, rappelle celle d’un fauve (autre caractéristique héritée de son ancêtre le Chat léopard !).

     

    Les soins

     

    Le problème qui se pose à ceux qui choisissent un chaton Bengal concerne le caractère ; ce problème se résout facilement en suivant des règles simples mais précises. Précisons tout d’abord que le Bengal n’est considéré domestique qu’après la troisième génération. Il est préférable que les chatons de la première génération soient séparés de leur mère dans les premières heures suivant la naissance et de les confier à une chatte domestique ; de cette façon, ils perdent tout instinct « sauvage » et apprennent la gestuelle du jeu et du comportement social.

    En outre, la cohabitation avec les petits de la mère domestique favorise l’atténuation de la nature sauvage et l’apparition d’attitudes adaptées à la vie à la maison, comme par exemple l’utilisation d’une litière (le Bengalensis urine et défèque dans l’eau pour effacer rapidement ses traces).

     

    Un bengal :


    votre commentaire
  • Le chat Balinais est un très bon animal de compagnie, affectueux et fidèle. C’est le chat idéal pour ceux qui sont disposés à lui donner sans hésiter toute la douceur dont il a besoin ; en général, il ne s’attache qu’à une personne, alors qu’il montre une certaine indifférence aux autres membres de la famille.

     

    Les origines du chat Balinais

     

    Le chat Balinais peut se vanter de compter parmi ses proches parents le fameux Siamois. Son histoire se déroule aux États-Unis, vers les années quarante. À cette époque, une Siamoise eut une portée de chatons de race au sein de laquelle se trouva un matou au poil long et abondant sur la queue, sur le collier et la culotte. Certains préférèrent ignorer cet événement, d’autres au contraire se rendirent compte alors qu’on était face à une mutation génétique : ce chaton était le résultat de l’accouplement de deux Siamois porteurs du gène « poil long », probablement hérité d’un ancêtre Angora.

    Il fut présenté aux associations félines sous le nom de « Siamois à poil long », mais celui-ci fut contesté et on lui attribua le nom de Balinais, pour mieux le distinguer de son cousin Siamois. Le premier club du Balinais fut constitué en 1968, et le standard officiel de la race fut accepté et reconnu par les associations félines en 1970.

     

    Le chat idéal

     

    Le chat Balinais idéal a une silhouette élancée, agile et élégante. Son corps est long et tubulaire, avec une ossature fine et une musculature compacte mais pas lourde. Le cou est longiligne et fin. La tête est plus longue que large, avec un crâne plat et un museau fin ; le menton est fort et les joues sont relativement pleines (plus puissantes chez les mâles). Les oreilles sont très grandes et larges à la base, elles présentent des pointes angulaires et un bord externe disposé en une ligne continue par rapport au triangle de la tête.

    Les yeux sont orientaux, ni grands ni petits, inclinés vers le centre de la base de l’oreille et d’un bleu intense. Les membres sont longs, fins et se terminent par des pieds petits et ovales ; les pattes postérieures sont plus longues que les antérieures ; la queue est longue, fine et couverte d’un poil mi-long. La robe est mi-longue, adhère au corps avec peu de sous-poil et une texture fine et soyeuse. Le poil des épaules est plus court.

     

    La couleur du poil

     

    Le chat Balinais conserve les caractéristiques du Siamois et toutes les variétés de pointed sont donc acceptées. La couleur plus foncée couvre le masque, les oreilles, la queue et les pattes, alors que le ventre, la poitrine et les épaules sont caractérisés par une tonalité plus claire. Les variétés admises sont :
    - le seal point avec robe fauve clair ou crème
    - le blue point avec une couleur de base bleu ciel blanc glacé
    - le point de couleur bleu intense comme le chocolat point, qui prévoit une robe couleur ivoire avec points cacao
    - le lilac point de couleur magnolia avec points gris rosé
    - le red point
    - le cream point
    - le tortie point, y compris dans les variétés tabby, c’est-à-dire avec des rayures des couleurs de base.

     

    Le caractère

     

    Le chat Balinais a conservé les caractéristiques typiques du tempérament du Siamois : il est intelligent, très vif et parfois même présomptueux. Il est sociable et affectueux, mais peut se montrer d’une jalousie féroce envers la personne à laquelle il a décidé de s’attacher. Son égocentrisme le conduit à ne pas supporter la présence d’autres chats dans la famille, même si une bonne cohabitation n’est pas exclue. Quand il joue, il est imprévisible, acrobatique et sauteur ; comme le Siamois, il utilise sa voix pour transmettre ses besoins et il a conservé la même tonalité et la même force d’émission.

     

    Les soins

     

    Le chat Balinais ne demande pas de soins particuliers car c’est un chat fort et sain. Le soin de la robe est important ; elle doit être brossée régulièrement pour éviter la formation de noeuds. Comme le Siamois, il s’adapte à la vie en appartement même s’il montre, surtout pendant la période des amours, un grand besoin de liberté : mieux vaudrait posséder une grande maison avec une terrasse ou un jardin pour lui permettre de se défouler.

     

    Un balinais :

     


    votre commentaire
  • La souplesse et l’élégance de ses mouvements, ainsi que son pelage plumeux, très léger et toujours flottant, rendent l'Angora turc très précieux, même si pendant longtemps, cette valeur était assombrie par un caractère agressif, peu sociable et difficile à traiter.

    Heureusement, de nos jours, ces défauts ont été complètement dépassés et l’Angora turc est à présent sociable et joueur, même s’il demande une « main experte » qui sache l’éduquer car il a gardé un fort tempérament et une grande exigence de liberté.

     

    Les origines du chat Angora turc

     

    Le chat Angora turc est originaire de Turquie, plus précisément il semble provenir de la ville d’Angora (l’Ankara antique), dont il a pris le nom. Dès le XVIIe siècle, un Italien, Pietro della Valle, en même temps qu’un Français, Nicolas de Peiresc, importèrent en Europe un nombre assez important de ces chats.

    Ils eurent tout de suite un grand succès, car il s’agissait de la première race à poil long que les Européens découvraient ; à l’époque, en effet, les félins domestiques avaient tous le poil court ou mi-long ; toutefois, avec le temps et la succession de croisements faits au hasard, ils perdirent leurs caractéristiques.

    Entre-temps, le gouvernement turc en interdit l’exportation et on dut attendre 1959 pour pouvoir en obtenir un couple qui fut donné à des Américains, Mr et Mme Grant. Leurs noms étaient Yildiz, c’est-à-dire Étoile, et Yildizcik, Petite Étoile, et c’est d’eux que naquirent les Angoras turcs modernes.

     

    Le chat idéal

     

    De corpulence athlétique mais très gracieux, le chat Angora turc est un chat de taille moyenne, svelte, fin et raffiné, qui frappe par la fluidité de ses mouvements. Sa tête au sommet plat, assez petite par rapport au corps, est de forme arrondie ; le nez, ni long ni court, présente une légère courbure. Les oreilles sont grandes, placées haut sur la tête, tournées vers l’avant et ouvertes à la base ; elles sont pourvues de poils internes assez longs et d’une touffe de poils sur les pointes.

    Les yeux, grands et en amande, sont inclinés vers la base externe des oreilles ; normalement, ils sont de couleur ambrée, mais il existe des exceptions, par exemple la variété blanche qui peut avoir les yeux bleus ou impairs, et les variétés silver et golden qui ont les yeux verts. Le corps est fin et ses proportions sont allongées ; la musculature est solide et élastique, très gracieuse et l’ossature est moyenne ou fine, même si elle est plus robuste chez les mâles.

    Les pattes sont longues et fines, à l’ossature légère mais à la musculature solide ; les postérieures sont plus longues que les antérieures et, en position droite, les cuisses sont plus hautes que les épaules. Les pieds sont ovales et dotés de touffes de poils interdigitaux. La queue est longue par rapport au corps, plutôt large à la base et fine vers la pointe ; elle est recouverte d’un poil plein et plumeux. La robe est dotée de poil mi-long, plus long sur la collerette, sur la culotte, sur la poitrine et sur le ventre où il peut boucler légèrement. Sa texture est légère, soyeuse et brillante et le sous-poil est rare.

     

    La couleur du poil

     

    Toutes les couleurs sont admises, à l’exception du zibeline et du vison, même si le plus apprécié reste le blanc. Le colourpoint, qui dérive du gène himalyen, n’est absolument pas admis.

     

    Le caractère

     

    Le chat Angora turc est un authentique félin qui, bien qu’acceptant très volontiers la compagnie de l’homme, conserve un grand tempérament et un sens élevé de la liberté et de l’indépendance. C’est un chat qui sait très bien se débrouiller tout seul dans n’importe quelles circonstances ; de plus, il est plutôt joyeux et vif, et il aime jouer : en somme, il est tout à fait sociable, même si son petit caractère demande une éducation très ferme.

     

    Les soins

     

    À la différence des chats à poil long, le chat Angora turc ne demande aucun soin particulier ; comme d’habitude, il faudra pourvoir au brossage régulier de sa robe, pour garder son poil brillant et léger.

     

    Un angora turc :


    votre commentaire
  • La traduction littérale de American Curl est « roulé américain » et jamais nom ne fut plus approprié, d’abord parce que cette race a été découverte aux États-Unis, en Californie, et ensuite parce que sa principale caractéristique est donnée par ses oreilles, incroyablement retournées vers l’arrière, en forme de demi-lune.

    Il en existe deux variétés, l’une à poil court, presque sans sous-poil et à la fourrure épaisse, mais non « laineuse », luisante et brillante, agréable au toucher car très soyeuse, alors que l’autre variété est dite à poil long, même si sa robe est d’une longueur modérée, avec un léger sous-poil mais ayant les mêmes caractéristiques agréables que celles du poil court. C’est un chat à l’allure comique, au caractère sociable et qui se lie bien non seulement à « sa » famille, mais aussi aux étrangers.

     

    Les origines du chat American Curl

     

    La race des American Curl est vraiment toute nouvelle : elle a en effet été enregistrée en 1985 et le premier chaton, une femelle au demeurant, qui présenta cette curieuse mutation des oreilles, était une vagabonde recueillie en 1981 par les époux Ruga, à Lakewood. La minette eut une portée parmi laquelle au moins deux chatons avaient les mêmes oreilles que leur maman, et une amie de la famille les présenta à une exposition de Palm Springs, où ils obtinrent un grand succès parmi les éleveurs et le public.

    Le gène qui détermine cette courbure particulière des oreilles est dominant, ce qui fait qu’il suffit que l’un des deux parents en soit porteur pour obtenir cette forme chez le chaton. On admet trois degrés d’inclinaison des oreilles. Le premier, qui est aussi le moins apprécié, confère à l’oreille une courbure à peine marquée, le second montre une oreille franchement courbée tandis qu’avec le troisième apparaît la forme vraiment caractéristique dite « en croissant de lune ».

     

    Le chat idéal

     

    Bien proportionné et de taille moyenne, le chat American Curl pèse de 2,5 à 5 kg ; il atteint la maturité autour des deux à trois ans. Sa tête, de taille moyenne, a la forme d’un triangle plus long que large ; son nez est droit et forme une courbe douce se raccordant au sommet du crâne ; le museau n’est ni pointu ni carré et le menton fort et régulier.

    Les oreilles, qui sont moyennement grandes, ont un degré de courbure de 90° ou plus. Elles sont larges à la base et courbées vers l’arrière en un arc uniforme aux pointes arrondies ; bien érigées et placées aux angles de la tête, elles sont pliées vers l’arrière par rapport au museau et présentent des petites touffes au sommet et des poils internes évidents et droits.

    Les yeux sont très écartés et de grandeur moyenne, ils ont la forme d’une noix et sont légèrement inclinés ; leur couleur n’a aucun rapport avec celle de la robe, à l’exception des pointed. Le corps est semi-longiligne, d’une longueur équivalente à une fois et demie la hauteur à l’épaule ; la taille et l’ossature sont moyennes, ni lourdes ni fines ; les pattes à la musculature solide et les pieds ronds sont proportionnés au corps et ont les mêmes caractéristiques.

    La queue, plutôt large à la base, s’affine en allant vers la pointe et elle est aussi longue que le corps. La robe de l’American Curl à poil long est, comme nous l’avons déjà dit, mi-longue et près du corps, sans épaisseur car le sous-poil est presque inexistant ; sa texture est soyeuse et la queue, en plein poil, est plumeuse. La robe de l’American Curl à poil court a peu de sous-poil, elle adhère au corps et a la même texture que pour la variété à poil long ; la longueur du poil qui recouvre la queue est la même que celle du corps.

     

    La couleur du poil

     

    Toutes les couleurs sont admises dans les deux variétés de longueur de poil, sans aucune exception.

     

    Le caractère

     

    Le chat American Curl est résolument un chat coquin, car il unit une vive intelligence à une vivacité et une curiosité énormes, qui l’entraînent à faire des bêtises et, parfois, le poussent même à accomplir de petits larcins. Mais tout cela est fait dans la joie et on lui pardonne tout grâce à son côté sympathique et à l’amour et l’attachement qu’il voue à son maître.

     

    Les soins

     

    Le chat American Curl est un chat sain et à la constitution robuste qui ne nécessite donc pas de soins particuliers ; comme d’habitude, il faut prévoir de le brosser régulièrement pour entretenir la brillance de son poil.

     

    Un american curl :


    votre commentaire
  • Le chat Abyssin, par sa beauté typiquement féline, peut être comparé à un puma miniature ; c’est un chat particulièrement effervescent, vif, impétueux et indépendant, mais capable de donner beaucoup d’affection et de douceur. Son maître idéal doit s’adapter à sa vivacité et à son besoin de tendresse : il doit lui consacrer ses attentions, prendre soin de lui, mais surtout ne doit jamais se fatiguer de jouer avec lui.

     

    Les origines du chat Abyssin

     

    L’idée que le chat Abyssin est le descendant direct des félins égyptiens est généralement répandue, eux que leur beauté et leur élégance, associées à leur habileté exceptionnelle à la chasse, avaient hissés au rang de divinité, et qui donnèrent leur visage et leur corps à la déesse égyptienne Bastet. En 1890, en effet, on découvrit en Égypte, dans un cimetière pour chats, environ deux cent mille momies qui, soumises à un examen, montrèrent une forte ressemblance avec le chat Abyssin actuel.

    Cette ressemblance a été confirmée par la découverte, dans les tombes égyptiennes des Empires moyen et tardif, de fresques et de sculptures qui le représentaient. La race abyssine arriva en Europe, et précisément en Grande-Bretagne, vers 1860, à la fin de la guerre anglo-abyssine. Le Chat d’Éthiopie fut alors accouplé à des chats roux et des silver tabby et, à travers un programme de sélection, on obtint la souche européenne des Abyssins.

    La reconnaissance officielle de la race remonte à 1882. On apprécia surtout l’unité de couleur qui caractérisait la fourrure de l’Abyssin : un beau marron tiqueté de noir, avec un sous-poil couleur abricot. En 1957, la couleur rousse fut officiellement reconnue et admise, et depuis peu, on apprécie également les tonalités bleues et lilas.

     

    Le chat idéal

     

    La structure particulière du chat Abyssin le rend agile, bondissant et d’une allure très élégante. La tête, dont les contours sont ronds, est plus longue que large, de taille moyenne, proportionnée au corps ; le museau est arrondi et l’intersection du nez et du front est légèrement marquée. Le profil, sans côtés plats, relie le museau, les arcades sourcilières et le front en une courbe continue ; chez les mâles adultes, il est possible que les joues soient un peu pleines. Le menton, dont la forme est ronde, paraît plein, fort et peu saillant.

    Les yeux, en forme d’amande arrondie, sont grands, brillants, très expressifs et particuliers car ils sont mis en valeur par la peau sombre des paupières, entourée d’une zone plus claire où on peut remarquer un « coup de crayon » sombre qui arrive jusqu’à la paupière supérieure. Les oreilles, ouvertes et profondes à la base, sont larges, en forme de coupe, inclinées en avant et bien écartées, au point que le chat a l’air toujours à l’écoute et aux aguets. Sur les oreilles, le poil est court, adhérent et se termine en général en touffe sur les pointes ; on préfère que sur le dos des oreilles apparaisse un dessin en forme d’empreinte de pouce.

    Le corps paraît fin, de longueur moyenne, fuselé et la musculature est robuste et solide ; la cage thoracique est arrondie et les flancs sont droits. Les pattes sont fines, longues et portées par des pieds petits et ovales qui lui donnent une allure gracieuse et légère. L’allure générale montre un cou et un dos légèrement arqués, comme si le chat allait sauter. La queue est longue, large à la base et s’affine progressivement jusqu’à la pointe. Le poil, doté d’une résistance élastique, est d’une texture fine et semble brillant et doux au toucher ; de longueur moyenne sur l’épine dorsale, il est plus court sur les flancs, la nuque, la tête et les pattes.

     

    La couleur du poil

     

    Ce qui caractérise le chat Abyssin, c’est la couleur principalement rousse de son poil, qui se présente claire à la racine et plus sombre sur la pointe (ticking). Toutes les couleurs ticked tabby sont admises, avec un dessin ticked sans traces de tigré à l’exception de la tête, ainsi que les couleurs argent nuancé (shaded silver) et chinchilla. La variété Ruddy (lièvre) est terre cuite sombre ; elle présente en général une forte rougeur et deux ou trois bandes, noir ou marron foncé, sur la pointe de chaque poil.

    Les parties du corps à poil court doivent présenter au moins une bande de ticking. Les sujets dont la robe est caractérisée par beaucoup de ticking peuvent avoir l’épine dorsale plus sombre. La partie inférieure du corps, la poitrine et l’intérieur des pattes doivent présenter une couleur aux tonalités roussâtres claires sans ticking ni tigré. Sur le corps, la couleur peut varier de l’abricot à la terre cuite foncée, mais il est préférable que la tonalité soit la plus chaude et intense possible. Le poil autour du nez, des lèvres, du menton et de la partie supérieure de la gorge peut être blanc.

    La queue, non tigrée et sans tons gris, a un tipping noir, les doigts peuvent être noirs ou marron foncé et, entre les doigts, il doit être noir. La truffe paraît rouge brique, bordée de noir ou de marron foncé. Les variétés Chocolate et Sorrel (roux châtain) ne sont rien d’autre que des formes diluées, et aux tons plus roux, de la variété Ruddy. La couleur chocolat remplace le noir, les doigts sont roses avec des poils couleur chocolat entre eux et la truffe est rose.

    Dans la variété Blue, la robe est de couleur grise chaude ténue, avec ticking gris foncé et intense ; la poitrine, le ventre et l’intérieur des pattes sont crème pâle, les doigts sont bleus à teinte rosée, avec du bleu plus foncé entre les doigts et la truffe est rose. La variété Lilas est semblable au Blue, mais les tonalités sont plus légères et délicates et les doigts sont de couleur rose.

    La variété Fawn est une couleur crème rosée froide, avec ticking légèrement plus sombre. Le crème pâle caractérise la couleur de la poitrine, du ventre et de l’intérieur des pattes ; les doigts sont rose clair, avec un rose plus foncé entre les doigts et la truffe est rose. Pour toutes ces variétés, la couleur des yeux, qui doit être très intense, peut être : or, cuivre, verte ou noisette ; dans la variante Silver, la couleur peut être émeraude ou vert-bleu.

     

    Le caractère

     

    Le chat Abyssin est un animal pimpant, particulièrement intelligent et malin, bondissant, rapide et toujours en mouvement, comme un vrai sportif. Il est toujours attentif, vigilant et intéressé par tout ce qui bouge : ce sont justement ces caractéristiques qui le rendent dynamique et infatigable. Bien qu’étant un chat très indépendant, il est sensible et a besoin de beaucoup d’affection ; ce besoin se manifeste de façon accentuée et continue, au point d’en être insistant.

    Il aime beaucoup se faire caresser et être pris dans les bras et pour obtenir ces attentions de son maître, il se frotte contre lui en ronronnant. Être caressé semble être une nécessité vitale pour lui ! Au début, il a tendance à se montrer méfiant, mais s’il est traité avec respect et sérénité, il montre son bon tempérament ; en général, il a tendance à se lier d’amitié à une seule personne et ne paraît pas apprécier la présence d’étrangers.

    L’Abyssin utilise son miaulement, de façon expressive et insistante, pour communiquer ses besoins et son état d’âme : il émet plusieurs sons suivant les situations ; malgré son insistance, les miaulements ne sont jamais désagréables ni pénétrants, car ils ont un ton gentil et un son presque musical. C’est un chat qui ne passe pas inaperçu mais dont on ne peut pas dire qu’il soit accommodant : il faut donc faire l’effort de le comprendre plus que les autres chats.

    L’un des moyens les plus efficaces pour gagner son estime est le jeu. Dans le jeu, il considère l’homme comme un semblable et oublie les grandes différences qui les caractérisent. Contrairement à ce qu’on pense des chats, l’Abyssin a un bon rapport avec l’eau : à l’occasion, il se révèle bon nageur.

     

    Les soins

     

    Celui qui choisit un chat Abyssin pour compagnon ne peut pas faire abstraction de son exubérance et de son envie de liberté. À cause de ces deux caractéristiques, il est important qu’il vive dans un lieu ouvert et spacieux, l’idéal étant une maison avec un jardin et des arbres. Il peut également s’adapter à l’appartement à condition qu’on ne fasse jamais l’erreur de le laisser sortir dans des espaces plus grands : il deviendrait triste et insatisfait.

    L’alimentation de l’Abyssin mérite une attention particulière. Par rapport à ses congénères, il consomme une grande quantité de nourriture, à cause de son activité physique intense au cours de la journée ; il est donc important de lui fournir toutes les substances dont il a besoin, sans toutefois exagérer les quantités ; en effet, une consommation excessive de nourriture pourrait alourdir sa silhouette agile et longiligne. Il est de plus conseillé de lui administrer des compléments en vitamines et en minéraux.

     

    Un abyssin :

    Abyssin


    votre commentaire