• Le chat Exotic (ou Exotic Shorthair) est le Persan à poil court ; c’est un très beau chat aux yeux d’ours en peluche et à l’air infantile qui attire les sympathies des amateurs de chats. C’est le matou idéal pour ceux qui aiment la compagnie et la majesté du Persan, mais ne peuvent consacrer beaucoup de temps au soin de son pelage : en effet, à la différence de ce dernier, sa robe a le poil court.

    Il s’agit indiscutablement d’un grand avantage, surtout durant les périodes de mue : son poil n’envahira pas tous les recoins de la maison. L’Exotic est affectueux et débonnaire, mais il ne faut pas oublier qu’il supporte mal d’être traité et manipulé comme un jouet.

     

    Les origines du chat Exotic

     

    L’histoire du chat Exotic n’est pas ancienne et ses origines sont « artificielles » : il a été créé par hasard, en Amérique, au début des années soixante-dix. La sélection de la race prit environ dix ans. Au départ, on accoupla des Persans et des Burmeses, puis des Persans et des American Shorthairs et enfin, des Persans et des British Shorthairs.

    Dans tous les cas, on choisit des exemplaires au poil court, à la tête ronde et au corps robuste, afin d’obtenir un chat à l’expression douce et aux caractéristiques morphologiques du Persan, ayant une fourrure abondante, laineuse et très douce, mais courte. Même si le parcours pour arriver à créer l’Exotic a été long et difficile, il est aujourd’hui considéré comme le chat américain par excellence. La race a été officiellement reconnue en 1967, grâce à l’intérêt de Jane Martinke, juge CFA (Cat Fanciers’ Association).

     

    Le chat idéal

     

    La carrure robuste et compacte de le chat Exotic en fait un chat puissant mais pas très agile. De corpulence robuste et moyennement grand, il paraît court et trapu. Son ossature est lourde, sa musculature bien développée, sa poitrine et ses épaules larges.

    La tête est ample et ronde, avec un front haut et rond. Le museau est court et large, avec des joues bien développées et rondes. Le nez est court et il est placé juste sous les yeux qui doivent être saillants. Le cou est très robuste et court. Les oreilles sont petites, bien écartées, arrondies à la pointe et riches en poils à l’intérieur.

    Les yeux sont ronds, très grands et écartés ; la couleur doit être intense et brillante. Les pattes sont courtes, elles ont une forte ossature et se terminent par des pieds ronds et trapus qui présentent des touffes de poil interdigitales. La queue est courte, même si elle est proportionnée au corps, et elle est recouverte d’un poil très abondant. La robe adhère au corps, abondante, dense et très douce.

     

    La couleur du poil

     

    Les variétés de couleur et de dessins qui caractérisent la robe du chat Exotic sont les mêmes que celles du Persan. Les yeux sont en général couleur orange ou cuivre, à l’exception du chat blanc, chez qui on admet les yeux bleus, du silver tabby qui a des yeux verts ou noisette, du chinchilla et du shaded silver, qui doivent avoir les yeux verts.

     

    Le caractère

     

    Grâce à une sélection attentive, le caractère du chat Exotic a été rendu le plus domestique possible. Il est intelligent, sympathique, curieux et doux. Comme le Persan, il adore le confort et la tranquillité, mais se montre moins indifférent et plus actif, alternant tranquillité et moments de vivacité : toujours aux aguets et attentif à ce qui se passe autour de lui, il joue avec tous les objets qui bougent, retrouvant l’instinct de chasseur très certainement hérité de son ancêtre le Burmese. Il est très réservé, miaule peu et adore les longs moments de repos.

     

    Les soins

     

    Le chaton reste avec sa mère pendant environ deux mois. Vers quarante jours, l’éleveur commence à l’habituer à la présence de l’homme : il lui offre de la nourriture, le caresse et lui apprend « les bonnes manières ». Le chat Exotic grandit très rapidement, se montre timide et un peu peureux, mais n’a pas de difficultés à s’habituer à son nouveau maître et à sa nouvelle maison. Pendant les premiers jours toutefois, il faut garder et respecter les habitudes, le régime et les horaires qui ont rythmé sa vie dans l’élevage.

    Ensuite, il ne souffrira pas des éventuels changements d’habitudes ou de milieu. Il faut particulièrement prendre soin de ses yeux : ils doivent être nettoyés fréquemment avec du coton hydrophile imbibé de camomille ou d’eau. Le poil ne demande pas de soins particuliers ; il suffit de le brosser une ou deux fois par semaine. Ce n’est que pendant la période de la mue, qui se produit au printemps, qu’il faut augmenter la fréquence du brossage.

     

    Un exotic :

     


    votre commentaire
  • Il est important de souligner avant tout qu’un chat, dont les gens pensent en général qu’il s’agit d’un chat quelconque, sans le blason d’une race bien définie, appartient souvent à la grande famille des Européens (nous ne parlons bien sûr pas des fruits de croisements entre différentes races).

    Le chat Européen n’a pas besoin d’être présenté. C’est le chat que nous connaissons et aimons tous, le protecteur des caves et des greniers et notre voleur de viande. Les exemplaires de Chats européens sont uniques et originaux ; leur caractère varie en fonction du sujet car il n’a pas été fixé par un programme de sélection.

    Tous les félins européens ont en commun la vivacité, la malice et, surtout, la capacité de donner une affection sincère. Il n’y a pas de standard qui définisse son maître idéal, car il vit bien avec toutes les personnes qui l’aiment et qui respectent son envie de liberté et d’indépendance.

     

    Les origines du chat Européen

     

    La race Européenne est la plus « originale » : sa beauté s’est créée avec le temps sans que l’homme n’intervienne pour « construire » son caractère et sa physionomie. L’histoire et les origines du chat Européen sont parmi les plus antiques : il semble être le descendant du Felis silvestris libyca, le petit félin sauvage de l’Afrique du Nord.

    Ayant débarqué sur les côtes de la Méditerranée, il se répandit ensuite dans toute l’Europe, probablement à bord de navires marchands, et des dessins, des sculptures et des fresques témoignent de sa présence au cours de l’histoire. L’Européen peut être considéré comme l’ancêtre de tous les chats car les races dites « pures » comptent parmi leurs ancêtres le félin d’Afrique du Nord.

    Nous ne pouvons plus considérer l’Européen comme un minet « quelconque », car, depuis peu, il a été reconnu comme un chat de race et son standard a été fixé : il peut maintenant participer à des expositions et devenir champion.

     

    Le chat idéal

     

    L’aspect du chat Européen présente une très large variété, étant donné que les croisements se produisent entre sujets très différents les uns des autres. Les associations en ont en tout cas fixé le standard et ont imaginé le type idéal. Les dimensions du corps varient : il peut être moyen ou grand.

    La tête n’est pas trapue, même si son ossature est forte et ses mâchoires bien développées. Le cou, robuste et de grandeur moyenne, unit le corps à la tête en forme de triangle arrondi, avec des joues pleines ; le crâne et le front paraissent légèrement arrondis, le menton est compact et le nez droit. Les oreilles, portées légèrement obliques sur la tête et bien écartées, sont larges à la base, longues et légèrement arrondies à la pointe.

    Les yeux ronds, bien écartés et ouverts, sont légèrement obliques et de couleur verte, jaune ou orange. Les pattes, de longueur moyenne, sont solides et fortes, avec des pieds secs et ronds. La queue, qui doit arriver au garrot, est large à la base et légèrement arrondie à la pointe. La robe a un poil court et adhérent au corps ; elle paraît serrée et brillante.

     

    La couleur du poil

     

    La variété de couleurs qui caractérisent sa fourrure, apparemment au hasard, est magnifique dans leur assemblage. Toutes les tonalités sont admises : le noir charbon, le blanc pur, le roux intense et chaud, le crème pâle, l’écaille de tortue (mélange de roux et de noir), le marbré, le bleu ou le gris.

     

    Le caractère

     

    Le chat Européen est le chat domestique par excellence : docile et affectueux, il aime la compagnie de l’homme, auquel il se donne sans hésitations. Les femelles sont très affectueuses avec toute la famille et sont plus casanières que les mâles.

    Le caractère de l’Européen est vraiment celui d’un félin : malicieux, curieux et courageux ; de plus, il a de grandes qualités de chasseur. Il est vraiment intelligent, très actif et vif. Il aime l’indépendance et la liberté même s’il n’abandonne jamais son maître et sa maison. Pour bien le connaître et en apprécier pleinement la singularité, il faut l’observer et apprendre à respecter ses habitudes et ses préférences.

     

    Un européen :

     


    2 commentaires
  • Le Donskoy est un chat très rare en France. On en recense moins d’une vingtaine. Pourtant, c’est un chat qui intrigue, tant par son physique original que par son caractère curieux. Il fait le bonheur des passionnés de félins nus. 

    Les origines du chat Donskoy


    Le premier chat Donskoy a été découvert en 1988 en Russie. Il s’agissait d’une femelle nommée Varya, qui avait la particularité d’avoir de nombreuses plaques sans poils. Lorsque Varya eut des bébés, ceux-ci étaient complètement nus. On comprit alors que Varya n’était non pas malade, mais porteuse d’une particularité génétique, sans rapport toutefois avec la mutation du Sphynx. Le Donskoy devint alors une race à part entière, qu’on appelle également « Sphynx russe ». 

    Le chat idéal

    Le Donskoy est un chat de taille moyenne, au corps musclé et à l’allure élégante. La tête est cunéiforme avec des pommettes hautes et saillantes et des rides sur le front. Le profil est presque droit. Les yeux sont en amande. Les oreilles placées haut et verticales sur la tête sont grandes avec l’extrémité arrondie. Le corps est solide, bien construit. La poitrine est bien ouverte et l’abdomen arrondi. La croupe est large. Longues et musclées, les pattes sont bien proportionnées par rapport au corps. Les pieds sont ovales avec des doigts bien dessinés.
    Il existe trois variétés de Donskoy : les velours qui ont la peau recouverte d’un duvet très court ; les brush qui ont le poil court, bouclé et dur ; et les nus qui ont la peau glabre et élastique comme du caoutchouc.
    Il est impossible de faire participer le Donskoy à des expositions. 

    La couleur du poil

    Toutes les couleurs sont admises.

    Le caractère

    Le chat Donskoy est particulièrement curieux. Extraverti, il aime partir découvrir le monde. Il est aussi extrêmement proche de son maître et supporte mal la solitude. 

    Les soins

    Comme le Sphynx, le Donskoy transpire beaucoup. Il faut donc le baigner une fois par semaine dans de l’eau tiède. D’ailleurs, il adore ça !

     

    Un donksoy :

     


    2 commentaires
  • Le chat Devon Rex n’est pas un chat commun : il est excentrique et très sensible. Ces caractéristiques doivent nous faire réfléchir longuement avant de l’adopter : il ne s’adapte qu’à ceux qui ont une certaine expérience en matière d’animaux, qui sont dotés d’une grande sensibilité et qui peuvent lui consacrer beaucoup de temps, car le Devon Rex a besoin de compagnie et de nombreuses attentions. Les exemplaires de cette race vivent bien dans des espaces exigus, bien chauffés et conviennent parfaitement aux personnes qui aiment les chats mais sont allergiques à leur poil (car ils n’en perdent pas).

     

    Les origines du chat Devon Rex

     

    Les origines du chat Devon Rex sont récentes et son histoire plutôt singulière : en 1960, grâce à l’union d’une chatte domestique, propriété de Beryl Cox, et d’un chat des rues, naquit un chaton noir très étrange, semblable à un lutin, qui avait le poil frisé et de grandes oreilles. Madame Cox, malgré les traits étranges du chaton, le garda avec elle et l’appela Kirlee. Après avoir lu dans un journal qu’un éleveur appelé Brian Stirling-Webb s’intéressait à un nouveau type de chat à la robe ondulée et très courte, appelé Cornish Rex, Beryl Cox proposa Kirlee pour le programme d’élevage : on l’accoupla à neuf chattes, qui mirent bas vingt-neuf chatons en tout.

    Le résultat fut très décevant car les nouveau-nés avaient le poil normal, mais c’est justement grâce à cela que l’on découvrit que Kirlee et les chattes avaient des gènes différents ; on découvrit donc l’existence d’un autre gène, le Devon Rex. Les expériences se poursuivirent selon deux programmes différents. À travers de nombreux croisements, faits de manière distincte, le Devon et le Cornish précisèrent chacun leurs caractéristiques.

    Au départ, le CFA (Cat Fanciers’ Association) accepta et considéra la race Rex sans faire de distinctions entre Devon et Cornish ; en 1979, elle leur attribua un enregistrement séparé et, en 1983, elle leur permit l’accès aux championnats. En Europe, le premier exemplaire de Devon Rex apparut en 1979, grâce à Jerry Weaver.

     

    Le chat idéal

     

    L’aspect du chat Devon Rex est, comme on l’a dit, curieux et atypique. Le corps, solide et musclé, est fin et de taille moyenne, avec un thorax ample. La tête, de petite taille, est légèrement plus longue que large et le museau court est bien développé, avec un menton fort, des joues et des coussinets porte-moustaches proéminents. Les oreilles, très ouvertes à la base, sont grandes par rapport à la tête et se terminent en un triangle arrondi ; leur partie externe est recouverte de poil fin, qui est très ras à l’intérieur. Les yeux sont grands, bien écartés, en forme de citron et inclinés vers l’extérieur de l’oreille ; leur couleur est assortie à celle de la robe.

    Les pattes, dont l’ossature est moyennement fine, sont longues et finissent par des pieds petits et ovales (les postérieures paraissent plus hautes par rapport aux antérieures). La queue, de taille moyennement fine, est longue et s’affine vers la pointe. Elle est bien recouverte de poil court et ondulé. Le poil est court avec une texture fine et ondulée. Les sourcils et les moustaches sont frisés, rugueux et de taille moyenne.

     

    La couleur du poil

     

    La particularité du chat Devon Rex ne concerne pas la couleur de la robe, mais sa texture et sa longueur : il a le poil court et ondulé. La tonalité qui caractérise la couleur de base est très variée : on accepte en effet toutes les variantes de couleur et de dessin, y compris le bicolore et la robe à point du Siamois (Si-Rex).

     

    Le caractère

     

    Le chat Devon Rex est l’exception à la règle qui affirme que la première impression est toujours la bonne. Il paraît triste et timide, alors qu’il est en réalité un joueur vif et un infatigable coureur (il semble être parmi les félins les plus rapides) ; ce chat atypique est, de plus, très sociable : il suffit de quelques secondes pour qu’entre lui et l’homme se crée un lien de sympathie réciproque.

    C’est un lutin qui vous saute sur les épaules soudainement et s’y installe en ronronnant. Le Devon Rex est singulier non seulement à cause de son allure curieuse et extraordinaire, mais aussi par son caractère tellement hors du commun. C’est un câlineur, au point que son plus cher désir est de rester dans les bras de son maître (si possible sous son pull ou sous les couvertures) qu’il adore et qu’il « couvre » de ronronnements.

    Chat très joyeux et curieux, il ne supporte pas de rester seul ; en effet, sa dépendance envers l’homme est totale, non seulement parce qu’il a besoin d’affection, mais aussi parce qu’il ne pourrait jamais survivre sans ses soins. Il aime jouer et on peut lui apprendre, sans difficulté, à rapporter les objets lancés. Il est toujours aux aguets et attentif à ce qui se passe autour de lui : il capte, grâce à ses grandes oreilles, le moindre bruit !

    Il respecte l’humeur de l’homme, ses semblables et les animaux en général, avec lesquels il cohabite sans aucun problème, grâce à la confiance inconditionnelle qui caractérise son bon caractère.

     

    Les soins

     

    Le chat Devon Rex ne se montre disponible, joyeux et vif que lorsqu’il sait qu’il peut se fier à son maître. Pour gagner sa confiance, il faut suivre quelques petites règles. Il est confiant par nature mais les lieux cachés et accueillants lui plaisent, non par timidité mais parce qu’il aime la chaleur ; il a besoin de beaucoup de sécurité et donc, lorsqu’on l’accueille à la maison, il ne faut pas oublier de lui avoir aménagé son petit coin.

    Le toilettage ne demande pas de précautions particulières car son poil très court lui permet de se nettoyer tout seul. La propreté de ses grandes oreilles mérite par contre une attention particulière : étant presque complètement privées de poil, elles peuvent facilement devenir un réceptacle à poussière. L’hiver, afin d’éviter les rhumes, il ne faut pas oublier de lui mettre un petit manteau en laine, mais seulement dans les endroits froids et dehors. De plus, s’il doit participer à un concours de beauté, on doit le baigner deux ou trois jours avant, sinon son poil n’adhérera pas à sa peau.

    Une dernière recommandation concerne son alimentation : à cause d’un appétit robuste et excessif, il est souvent sujet à des troubles intestinaux ; pour éviter ce risque, il faut lui donner toute la nourriture dont il a besoin, mais à intervalles fréquents et en petites quantités.

     

    Un devon rex :

     


    votre commentaire
  • Le chat Cymric est un chat sociable et affectueux, qui aime la compagnie et ne tolère pas bien la solitude ; il est donc bon de lui procurer un compagnon si, comme cela arrive le plus souvent, on doit s’absenter pendant de la journée. Il ne s’agira pas obligatoirement d’un autre félin car, comme le Manx, il se lie parfaitement aux chiens, même à ceux de grande taille.

     

    Les origines du chat Cymric

     

    Originaire de l’île de Man, le chat Cymric est tout simplement la version à poil long du Manx. Pour l’obtenir, il suffit en effet de croiser deux Manx porteurs du gène à poil long ; le standard est donc presque identique à celui de ses cousins.

    Il est lui aussi le résultat de croisements étroits provoqués par la population féline limitée de l’île (qui se trouve entre l’Angleterre et l’Irlande) ; cette sélection naturelle a donné naissance à tous les chats sans queue. Appelé également Gallois, il est apparu dans les années soixante-dix dans les expositions félines et, si l’on peut considérer le Manx comme un chat rare, le Cymric l’est encore plus.

     

    Le chat idéal

     

    En dehors de l’absence de queue et de la longueur du poil, la rondeur est une autre caractéristique du chat Cymric: ses yeux sont ronds, de même que sa tête, ses pieds et son petit derrière ; ses oreilles, moyennes et bien écartées, s’affinent et se roulent en une pointe qui peut comporter une touffe de poils.

    Dans l’ensemble, ce chat doit donc être tout rond. C’est un animal compact et musclé, aux flancs épais ; son dos est court et forme un arc souple entre les épaules et les fesses, qui sont plus hautes.

    Les pattes sont dotées d’une ossature lourde et d’une musculature robuste ; les postérieures sont franchement plus longues que les antérieures. Son poil est mi-long, en réalité il s’agit d’un double poil fin, avec un sous-poil dense et épais et un poil extérieur plus ouvert ; il peut présenter des variations saisonnières assez marquées.

     

    La couleur du poil

     

    Chez le chat Cymric, on admet toutes les couleurs à l’exception de celles qui affichent une hybridation trop évidente avec d’autres races, comme le Chocolat, le Lilac et les variétés himalayennes qui portent le gène colourpoint.

     

    Le caractère

     

    C’est un chat affectueux et dévoué, un véritable compagnon pour toute la famille, que ce soient les enfants ou les personnes âgées ; il est équilibré et très intelligent, adore se sentir aimé et, justement pour obtenir l’affection et l’approbation de son maître, il apprend tout ce qu’on lui enseigne.

    Comme avec le Manx, il faut faire attention car il se divertit à grimper aux rideaux ou à se faire les griffes sur le fauteuil, mais aussi à ouvrir les portes de la maison. L’amour qu’il porte à son maître l’amène à prendre des attitudes protectrices par rapport à lui et à sa maison : c’est un véritable « chat de garde » qui souffle et même attaque les inconnus qui ont le malheur d’éveiller sa méfiance.

     

    Les soins

     

    S’il n’a pas de problèmes causés par le syndrome du Manx auquel il est, bien sûr, sujet lui aussi (dans ce cas il survit difficilement plus de quelques mois), c’est un chat très sain, très robuste, qui ne demande pas de soins particuliers (à part le toilettage habituel).

    L’une de ses meilleures caractéristiques est sa longévité : s’il est bien suivi, il atteint facilement l’âge de vingt ans sans problème particulier dû à son âge avancé ; c’est peut-être également dû à la maturation particulièrement lente du chat Cymric qui, comme le Manx, devient adulte entre l’âge de trois et cinq ans.

     

    Un cymric :

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique